Archives de catégorie : Publication

publication d’articles en premiere page

L’évolution entre 2015 et 2016 des branches du secteur des services

Le secteur des services est centré sur 5 branches, les Transports, le Conseil et assistance, les Services opérationnels, les Hôtels-Cafés-Restaurants et les Autres services aux particuliers.
Tout d’abord, la branche des transports a profitée d’une bonne dynamique de son volume d’affaires en 2015 (+4,9 %), mais aussi des embauches (+3,5 %). En effet, la demande de ce secteur a été observée à la hausse notamment grâce à la baisse du prix du baril de pétrole. Ainsi, les prévisions du volume de chiffre d’affaires sont fortes pour 2016 (+6,5 %), cependant, la courbe de l’embauche a fléchie (+1,6 %).
Ensuite, le secteur des services aux entreprises comprenant les conseils et assistance et les services opérationnels, a pour sa part bien remonté la pente par rapport à l’année 2014 qui était décevante. En effet, l’activité a augmenté en 2015 (+2,2 %), ainsi que le volume d’embauches (+3 %). De plus, les prévisions de 2016 prévoient une importante croissance de l’activité (+5,8 %) et de l’emploi (+4 %).
Puis, les hôtels-cafés-restaurants retrouve une bonne dynamique en 2015 suite à quatre années difficile. En effet, 2015 permet de retrouver une croissance plutôt faible mais qui fait souffler le secteur (+1,8 % pour le volume d’affaires et +0,7 % pour le volume d’embauches).
L’année 2016, devrait pratiquement faire stagner les chiffres.
Enfin, la branche ayant le plus de difficultés est celle des services à la personne car l’année 2015 est de mauvais augures autant pour l’activité que pour l’emploi (respectivement, -0,4 % et -0,9 %).
Néanmoins, 2016 devrait faire renouer la branche avec la croissance grâce à une augmentation de la demande. Cela permettrait une hausse de l’activité (+1 %) et de l’emploi (+1,5 %).

Les chiffres du secteur des services en Haute-Garonne

Le secteur des services a profité d’une reprise de son activité en 2015 (+2,7 %) grâce à une meilleure orientation de la demande. De plus, l’évolution des embauches est à peu près au même niveau (+2,6 %).service
Mais, cette reprise ne profite pas pleinement aux entreprises de moins de 10 salariés.
Néanmoins, les prévisions de 2016 devraient profiter à quasiment toutes les entreprises du secteur. En effet, la croissance du volume d’affaires est en forte hausse (+5,2 %), et le volume d’activité progresse doucement (+2,8 %).
Ainsi, les dirigeants de ce secteur sont confiants pour l’avenir et continuent de croire à une évolution favorable de chaque branche.

Source : Site de CCI Toulouse

Les robots remplaceront-ils le capital humain au sein des entreprises ?

La révolution robotique est en marche depuis quelques temps et va perdurer pour de longues années encore.

Aujourd’hui, les robots ont une place importante dans le monde du travail et viennent à prendre le relais sur l’homme dans de multiples corps de métiers comme l’industrie, l’administration publique ou le service aux entreprises.

etudeSelon une étude, 42 % des emplois sont menacés par la robotisation dans les 10 ans à venir.
En effet, les robots r.sourcepourraient amener à la destruction de 5 millions d’emplois d’ici 2025.

Cependant, sur le long terme, la robotisation va créer de multiples emplois qui compléteront les avancées technologiques comme architecte numérique ou ingénieur spécialisé dans les organes artificiels.
De plus, l’objectif de la révolution robotique est d’améliorer les conditions de travail de l’homme et faciliter ses tâches.
On peut par exemple mettre en avant les avantages de la machine dans le secteur de la médecine où les robots assistent les chirurgiens dans leurs opérations.

D’autre part, les machines ont commencées à assister l’homme dans son travail depuis plusieurs dizaines d’années et n’ont cessé de créer de l’emploi, notamment dans le secteur des services. De surcroît, l’Allemagne a consacré une partie importante de ses emplois à des machines depuis plusieurs années et le niveau chômage n’a quasiment pas cessé de baisser.

Ainsi, à court terme, la robotisation risque de détruire de l’emploi, mais à plus long terme, la courbe devrait fortement s’inverser et offrir de nouvelles opportunités.

Selon vous, la révolution de la robotique est-elle une bonne avancée pour le marché de l’emploi ou pas ?

Les réunions de travail sont-elles toujours efficaces ?

En moyenne, les entreprises mettent en place plus de réunions qu’il y a quelques années. En effet, en 1990, 72 % des salariés estimaient passer plus de temps en réunion que 5 ans auparavant.

Aujourd’hui, les réunions prennent une place importante dans la vie de l’entreprise et possèdent notamment une fonction stratégique.
Le but étant de mieux organiser les salariés au sein de l’entreprise et mettre en relation les travaux effectués.
Cependant, certaines réunions sont jugées peu efficaces et cela peut représenter une perte de temps pour l’entreprise.
Selon Wisembly, éditeur d’une solution web et mobile, les cadres français perdent 10 jours de travail par an en réunions inefficaces.
La cause pourrait être un surplus de réunions car 43 % des cadres effectueraient entre 2 et 4 réunions par semaine, et ¼ un minimum de 5 réunions.
La moitié d’entre elles deviennent alors inutiles pour certains salariés.
Ainsi, une entreprise qui souhaite organiser des réunions efficaces doit suivre quelques critères importants :
– juger la pertinence d’une réunion afin que celle-ci soit réellement utile.
– fixer une durée au préalable à la réunion afin qu’elle ne devienne pas interminable.
– convoquer les collaborateurs qui sont concernés par l’objet de la réunion et donc limiter le nombre.
– l’organisateur de la réunion doit animer la réunion afin que cette dernière soit intéressante pour les collaborateurs.
– l’organisateur doit pouvoir gérer les différentes personnalités et hiérarchies des collaborateurs qui ont été conviés afin de ne laisser personne de côté.

L’emploi et le chômage du Sud-Ouest

Depuis début 2016, le chômage est en baisse en Midi-Pyrénées (- 0.8 %), soit 28000 chômeurs de moins.
Cette fluctuation profite particulièrement aux jeunes de moins de 25 ans en affichant une baisse de 0.5 % courant du mois.
Cependant, plusieurs profils de demandeurs d’emplois mettent en avant une hausse du chômage, notamment les seniors ou les bénéficiaires du RSA.

Pourtant, durant les 12 derniers mois, plus de 64 000 offres d’emplois ont été émises dans le bassin toulousain. En effet, plusieurs milliers d’emplois vacants restent sur le marché sans trouver preneur. Cela représente majoritairement des métiers en tension proposant des conditions de travail parfois peu évidentes comme personnel de cuisine ou conducteur de transport de marchandises sur longue distance.

Répartition des effectifs salariés par secteurOn peut expliquer cette conséquence par le fait que le marché de l’emploi recense un fort effectif salarié sur le secteur tertiaire (76 %), négligeant les secteurs de l’industrie et de la construction (dans l’ordre, 17 et 7 %).

Ainsi, on peut remarquer la présence de plusieurs divergences sur le marché de l’emploi midi pyrénéen et même toulousain. Malgré la baisse du chômage, certains profils de demandeurs d’emploi sont défavorisés et les postes recherchant fortement de la main d’œuvre ne sont pas assez mis en avant.